Home World George Floyd manifestants et la police s'affrontent devant la Maison Blanche

George Floyd manifestants et la police s'affrontent devant la Maison Blanche

41
0
George Floyd manifestants et la police s'affrontent devant la Maison Blanche

Dimanche soir, la police a tiré des gaz lacrymogènes à l'extérieur de la Maison Blanche lorsque les grandes villes américaines ont été placées sous couvre-feu pour réprimer les émeutes alors que des manifestants antiracistes sont descendus dans les rues pour exprimer leur colère face à la brutalité policière.

Avec le Atout l'administration incendiant six nuits des émeutes en tant que terroristes nationaux, il y a eu plus de confrontations entre manifestants et policiers et de nouvelles flambées de pillage.

De violents affrontements ont éclaté à plusieurs reprises dans un petit parc à côté du maison Blanche, où les autorités ont utilisé du gaz lacrymogène, du gaz poivré et des grenades anti-pop pour disperser la foule en allumant divers grands incendies et des biens endommagés.

Local NOUS Les dirigeants ont appelé les citoyens à exprimer de manière constructive leur colère face à la mort d'un homme noir non armé à Minneapolis alors que des couvre-feux nocturnes étaient imposés dans des villes comme Washington, Los Angeles et Houston.

Une manifestation étroitement surveillée s'est tenue à l'extérieur de la capitale de l'État dans la ville sœur de Minneapolis, Saint-Paul, où plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées avant de marcher sur une autoroute.

"Nous avons des fils noirs, des frères noirs, des amis noirs, nous ne voulons pas qu'ils meurent. Nous sommes fatigués de ce qui se passe, cette génération ne l'a pas, nous sommes fatigués de l'oppression", a déclaré Muna Abdi, 31 ans. femme noire qui a participé à la manifestation.

“ Je veux m'assurer qu'il vit '', a-t-elle ajouté, se référant à son fils de trois ans.

Des centaines de policiers et de gardes nationaux ont été déployés avant la manifestation.

À un moment donné, certains manifestants qui ont atteint un pont ont été contraints de se mettre à couvert lorsqu'un camion roulait à grande vitesse après avoir apparemment brisé une barricade.

Le conducteur a ensuite été emmené à l'hôpital après que les manifestants l'aient sorti du véhicule, bien qu'il n'y ait eu aucun rapport immédiat d'autres victimes.

Il y a eu d'autres manifestations à grande échelle à New York et à Miami, entre autres.

Le maire de Washington a ordonné un couvre-feu de 23 heures à 6 heures du matin, alors qu'un rapport paru dans le New York Times indiquait que le président Donald Trump avait été précipité dans un bunker souterrain à la Maison Blanche par des agents des services secrets lors d'une précédente manifestation.

Magasins recherchés

La violence à grande échelle a bouleversé de nombreuses villes américaines ces derniers jours et des pillards ont pillé des magasins près de Philadelphie dimanche.

Dans la banlieue de Santa Monica à Los Angeles, des pillages ont été signalés dans un centre commercial populaire en bord de mer.

Des responsables de LA – une ville ravagée par les émeutes de 1992 à la suite des passages à tabac de Rodney King, un homme afro-américain – ont imposé un couvre-feu de dimanche 16 heures à l'aube.

"S'il vous plaît, utilisez votre discrétion et allez-y tôt, rentrez chez vous, restez à la maison et aidez-nous à faire en sorte que ceux qui veulent changer cette conversation de la justice raciale à propos de l'incendie et du pillage ne gagnent pas la journée", a déclaré le maire. Eric Garcetti sur CNN.

L'enregistrement vidéo choquant d'un homme noir non armé, George Floyd, par la police de Minneapolis lundi dernier a provoqué une vague d'indignation à l'échelle nationale contre l'utilisation répétée de la force meurtrière par les forces de l'ordre contre les Afro-Américains non armés.

Floyd a cessé de respirer après que le policier de Minneapolis, Derek Chauvin, se soit agenouillé dans le cou pendant près de neuf minutes.

Chauvin a été inculpé de meurtre au troisième degré et comparaîtra devant le tribunal pour la première fois lundi. Trois autres officiers avec lui ont été licenciés, mais ne sont pas inculpés.

Le gouverneur Tim Walz a mobilisé toutes les troupes de la Garde nationale du Minnesota – la plus grande mobilisation de la Garde d'État à ce jour – pour rétablir l'ordre.

La police a tiré des gaz lacrymogènes et des grenades choquées pour nettoyer les rues des couvre-feux à Minneapolis samedi soir.

Dimanche, Walz a prolongé le couvre-feu pour une troisième nuit et a félicité la police et les gardes pour avoir mis fin à la violence. & # 39; Ils l'ont fait de manière professionnelle. Ils l'ont fait sans une seule perte de vie et des dégâts matériels minimes », a-t-il déclaré.

"Félicitations à notre garde nationale pour l'excellent travail accompli en arrivant à Minneapolis, Minnesota hier soir", a tweeté le président Donald Trump, ajoutant qu'ils "devaient être utilisés dans d'autres États avant qu'il ne soit trop tard!"

Le ministère de la Défense a déclaré qu'environ 5 000 soldats de la Garde nationale avaient été mobilisés dans 15 États et la capitale, Washington, et 2 000 autres en attente.

Le recours généralisé à des unités de la Garde nationale en uniforme est rare, évoquant des souvenirs inquiétants des émeutes dans les villes américaines de 1967 et 1968 à une époque mouvementée de protestations contre les inégalités raciales et économiques.

Trump a accusé l'extrême gauche de la violence, affirmant qu'il avait l'intention de désigner un groupe connu sous le nom d'Antifa comme organisation terroriste.

"Les violences provoquées et perpétrées par Antifa et d'autres groupes similaires en relation avec les émeutes sont du terrorisme domestique et seront traitées en conséquence", a déclaré le procureur général Bill Barr.

& # 39; Une nation dans la douleur & # 39;

Le maire d'Atlanta, Keisha Lance Bottoms, a déclaré que Trump, qui a souvent exhorté la police à utiliser des tactiques dures, n'aidait pas les choses.

"Nous avons dépassé un point de basculement dans ce pays, et sa rhétorique ne fait que le préciser", a-t-elle déclaré sur CBS.

Joe Biden, probablement l'adversaire démocratique de Trump lors de l'élection présidentielle de novembre, a visité les lieux d'une manifestation contre le racisme.

“ Nous sommes maintenant une nation dans la douleur, mais nous ne devons pas laisser cette douleur nous détruire '', a tweeté Biden, postant une photo de lui parlant à une famille afro-américaine où samedi, des manifestants s'étaient rassemblés dans le Delaware.

La mort de Floyd a déclenché des protestations en dehors des États-Unis, des centaines de personnes se rassemblant en solidarité devant l'ambassade des États-Unis à Londres.

& # 39; Je suis ici parce que je suis fatigué, j'en ai assez. Quand cela se termine-t-il? & # 39; Doreen Pierre a déclaré à l'AFP lors de la manifestation.

En Allemagne, l'international de football anglais Jadon Sancho a marqué l'un de ses trois buts pour le Borussia Dortmund contre Paderborn en soulevant sa chemise et en révélant un T-shirt avec les mots "Justice for George Floyd".

(AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here