Home France Gaz lacrymogène, des dizaines d'arrestations dans une nouvelle manifestation anti-Macron à Paris

Gaz lacrymogène, des dizaines d'arrestations dans une nouvelle manifestation anti-Macron à Paris

154
0
Gaz lacrymogène, des dizaines d'arrestations dans une nouvelle manifestation anti-Macron à Paris

Délivré le: changé:

La police française a tiré des gaz lacrymogènes sous une pluie de projectiles et arrêté des dizaines de personnes samedi alors que des milliers de manifestants antigouvernementaux en "gilet jaune" sont revenus dans les rues de Paris.

Les manifestants ont crié des slogans dénonçant la police, Président Emmanuel Macron et son réformes des retraites qui ont provoqué la plus longue grève des transports français depuis des décennies.

La nuit avant Macron et sa femme devaient être Brigitte pressé brièvement d'un théâtre à Paris après que des manifestants ont tenté de s'introduire par effraction et d'interrompre l'exécution.

Avec des émeutiers, la police anti-émeute a appelé samedi des dizaines de camionnettes à travers la capitale française vers l'itinéraire où des milliers de manifestants ont marché.

La police a déclaré que 59 personnes avaient été arrêtées en début d'après-midi.

Il y a eu plus d'allégations de violence policière après que des séquences vidéo ont été réalisées par l'AFPTV et d'autres ont montré un jeune homme, le visage couvert de sang, arrêté et battu.

Les jeunes avec des masques ont crié “ révolution '' tandis que le gaz lacrymogène était dérivé par la Bastille, la place où la Révolution française éclata en 1789.

"La rue est à nous", ont chanté certains manifestants. "Macron, nous venons chez toi pour toi."

Les affrontements de samedi sont survenus le 45e jour d'une grève qui a frappé le trafic ferroviaire et le métro et a principalement causé la misère à des millions de navetteurs à Paris et dans ses environs.

Cependant, les trains deviennent de plus en plus fréquents et les conducteurs du métro parisien ont voté pour suspendre leur action à partir de lundi, a annoncé samedi leur syndicat UNSA.

Les manifestations étaient également la dernière des manifestations hebdomadaires qui ont lieu tous les samedis depuis novembre 2018 par le mouvement des gilets jaunes et qui ont été encouragées par ceux qui sont contre les réformes des retraites.

& # 39; Vive la grève & # 39;

"Nous étouffons avec ce gouvernement qui veut nous mettre à genoux", a expliqué Annie Moukam, une enseignante de 58 ans parmi les manifestants.

"Il est hors de question qu'il (Macron) touche à nos pensions. Nous avons travaillé toute notre vie pour repartir avec une pension décente", a-t-elle ajouté.

Les réformes Macron visent à forger un système de retraite unique à partir des 42 régimes distincts du pays.

Les différents systèmes actuellement en place offrent une retraite anticipée et d'autres avantages à certains salariés du secteur public, ainsi qu'aux avocats, kinésithérapeutes et même aux salariés de l'Opéra de Paris.

Les critiques disent que les réformes forceront des millions de personnes à travailler plus longtemps pour une pension plus petite.

Les syndicats des transports se sont associés aux gilets jaunes qui accusent Macron de régner au nom d'une élite urbaine tout en ignorant les habitants des provinces et des campagnes, dont beaucoup ont du mal à joindre les deux bouts.

Les syndicats recherchent un second souffle alors que leur mouvement commence à fléchir, avec une proportion de grévistes chez l'opérateur ferroviaire national SNCF jusqu'à vendredi inférieure à 5%.

Le Louvre à Paris, le musée le plus visité au monde, a rouvert samedi après sa fermeture par des salariés opposés à la révision des retraites.

Il n'y avait aucun signe de fin de la grève à l'Opéra de Paris, qui a perdu 14 millions d'euros (15 millions de dollars) avec l'annulation de 67 représentations.

L'Orchestre de Paris a donné samedi des interprétations de Carmen et d'autres œuvres aux Parisiens et aux touristes sur les marches du Palais Garnier pour montrer son soutien à la grève.

Sous un flot de confettis, ils ont fini avec "La Marseillaise", l'hymne national. Les supporters ont chanté "Vive la grève".

& # 39; La mouche & # 39;

Le personnel de Macron a déclaré que le président et sa femme avaient pu retourner à la pièce "La mouche" lorsque la police a empêché les manifestants d'entrer dans le célèbre théâtre des Bouffes du Nord.

Mais les autorités ont arrêté vendredi soir en garde à vue, Taha Bouhafs, le journaliste qui a informé les manifestants de la présence des Macrons dans le théâtre, a indiqué une source judiciaire.

Bouhafs, qui regardait la même pièce, a été arrêté pour "avoir rejoint un groupe formé pour commettre des violences ou causer des dommages", a indiqué la source.

Cependant, il a été remis en liberté samedi soir sans être inculpé, un juge qui lui a conféré le statut de "témoins assistés", a indiqué son avocat à l'AFP.

"Il s'agit d'une violation sans précédent de la liberté d'information et des droits des journalistes, à la demande de l'Elysée", a déclaré l'avocat Me Alimi.

(AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here