Home World Évitez l'ibuprofène pour les symptômes du coronavirus, dit l'OMS

Évitez l'ibuprofène pour les symptômes du coronavirus, dit l'OMS

45
0
Évitez l'ibuprofène pour les symptômes du coronavirus, dit l'OMS

Délivré le: Modifié:

L'Organisation mondiale de la santé a recommandé mardi aux personnes souffrant de symptômes de COVID-19 d'éviter d'utiliser l'ibuprofène après que les autorités françaises ont averti que les médicaments anti-inflammatoires pourraient aggraver les effets du virus.

L'avertissement à travers La France Le ministre de la Santé Olivier Veran a suivi une étude récente dans la revue médicale The Lancet qui a émis l'hypothèse qu'une enzyme renforcée par des anti-inflammatoires stupéfiants comme l'ibuprofène, les infections à COVID-19 peuvent s'atténuer et s'aggraver.

Interrogé sur l'étude, QUI Le porte-parole Christian Lindmeier a déclaré à des journalistes à Genève que des experts du service de santé des Nations Unies "enquêtaient sur cette question pour fournir des orientations supplémentaires".

"En attendant, nous recommandons d'utiliser le paracétamol plutôt que l'ibuprofène comme automédication. C'est important", a-t-il déclaré.

Il a ajouté que si l'ibuprofène était "prescrit par des professionnels de la santé, c'est bien sûr à eux".

Ses commentaires sont intervenus après que Veran a envoyé un tweet avertissant que l'utilisation d'ibuprofène et de médicaments anti-inflammatoires similaires pourrait être "un facteur aggravant" dans les infections à COVID-19.

"Prenez du paracétamol en cas de fièvre", écrit-il.

Le ministre français a souligné que les patients déjà traités par des anti-inflammatoires devaient consulter leur médecin.

Le paracétamol doit être pris strictement à la dose recommandée, car une trop grande quantité peut endommager le foie.

Le Pandémie de COVID-19, qui a infecté et tué plus de 7 800 personnes dans le monde, provoque des symptômes bénins chez la plupart des gens, mais peut conduire à une pneumonie et, dans certains cas, à des maladies graves pouvant entraîner une défaillance d'organes multiples.

Même avant la pandémie, les autorités françaises ont tiré la sonnette d'alarme concernant de graves "complications infectieuses" liées à l'utilisation de l'ibuprofène, vendu sous différentes marques telles que Nurofen et Advil, et d'autres anti-inflammatoires.

Un porte-parole de la société pharmaceutique britannique Reckitt Benckiser, qui fabrique Nurofen, a déclaré dans un communiqué par courrier électronique que la société était au courant des préoccupations concernant "l'utilisation de stéroïdes et les produits anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), y compris l'ibuprofène, pour le soulagement des symptômes de COVID-19. "

"La sécurité des consommateurs est notre priorité absolue", a déclaré le porte-parole, soulignant que "l'ibuprofène est un médicament bien connu qui est utilisé en toute sécurité comme anti-fièvre et analgésique, y compris dans les maladies virales, depuis plus de 30 ans".

"Nous ne pensons pas actuellement qu'il existe des preuves scientifiques prouvées liant l'ibuprofène en vente libre à l'exacerbation du COVID-19", indique le communiqué.

Le porte-parole a déclaré que Reckitt Benckiser "était en contact avec l'OMS, l'EMA (l'Agence européenne des médicaments) et d'autres autorités sanitaires locales" à ce sujet et fournirait toute information ou orientation supplémentaire nécessaire à l'utilisation sûre de nos produits après une telle évaluation. "

(AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here