science

Doit-on craindre la libération de virus pathogènes avec la fonte du pergélisol? Décryptage

Depuis plusieurs mois maintenant, le monde lutte contre la pandémie mortelle de Covid-19. Dans le même temps, le réchauffement climatique se poursuit, inexorablement. Deux sujets qui semblent lointains, mais qui pourraient se rapprocher si, à la suite de la hausse des températures, le dégel du pergélisol venait à libérer des virus et des bactéries dormant depuis longtemps. Jean-Claude Manuguerra, virologue à l’Institut Pasteur, nous rassure … sur ce point.

Vous serez également intéressé


[EN VIDÉO] La fonte du pergélisol favorise le réchauffement climatique
Le pergélisol, ou permafrost en anglais, comprend les sols de notre planète qui sont gelés en permanence. Il est menacé de fonte permanente par le réchauffement climatique. Sa disparition inquiète les scientifiques. Le Cnes nous en dit plus dans cette vidéo.

À plusieurs reprises dans le passé, l’humanité a été confrontée épidémies, même aux pandémies, mortel. Le “grippe espagnole»De 1918, en raison d’une souche particulièrement virulente de virus, a causé entre 50 et 100 millions de morts dans le monde. le plus de, causée par une bactérie appelée Yersinia pestisou la maladie à virus Ebola sont d’autres exemples connus. Et aujourd’hui, bien sûr, le Covid-19 que le directeur général de Programme des Nations Unies pour l’environnement considérer comme un “Message d’avertissement pour notre civilisation qui joue avec le Feu».

Il joue avec le feu en détruisant les espaces naturels et en abattant les barrières qui existaient auparavant entre les écosystèmes . Quittant le porte ouvert pour fermer le contact entre les humains et en espèces sauvages portant agents pathogènes infectieux. Une cause déterminante du développement de futures épidémies, selon les scientifiques.

READ  il avale une épingle, il lui transperce le coeur

Bactéries libérées par la fonte du pergélisol

Mais les activités humaines sont également à l’origine d’un autre phénomène qui pourrait poser problème. le le réchauffement climatique anthropique est maintenant à l’origine du la source de pergélisol— le pergélisol, comme l’appellent les anglophones – ces morceaux de sous-sol sont en principe gelés en permanence. Un dégel qui libère progressivement ce qui y était détenu, prisonnier de longue date. Et en particulier, certains mettent en garde contre les virus et les bactéries.

«Certaines bactéries sont à la fois extrêmement résistantes et agents pathogènes, à la fois pour les humains et les animaux. C’est le cas de Bacillus anthracis , les bactéries responsables de anthrax – une maladie mortelle si vous ne prenez pas le antibiotiques approprié de l’éliminer; elle est également connue sous le nom deanthrax, qui sous forme de spores résiste très bien aux conditions difficiles de température et d’humidité, explique Jean-Claude Manuguerra, virologue et directeur de recherche à l’Institut Pasteur. Des spores de Bacillus anthracis plus de cent ans et toujours viables ont déjà été trouvées. Au XIXe siècle, les populations locales parlaient de “champs maudits” par cette bactérie restée extrêmement longtemps dans le sol “.

En 2016, les médias ont rapporté l’histoire de cet enfant décédé des anthrax en Sibérie. Selon les autorités locales, un été exceptionnellement chaud avait fait fondre le pergélisol qui tenait un chuteinfecté, libérant des spores viables de la bactérie. “À ma connaissance, c’est le seul exemple d’infection des humains – ou des animaux – par un agent pathogène de la fonte des glaces”, note Jean-Claude Manuguerra. Mais cela montre que les bactéries peuvent être libérées par le dégel du pergélisol relativement superficiel. “Du côté de la fonte calottes glaciaires , les risques sont faibles. Pour ne pas dire inexistante. “

Le dégel du pergélisol peut-il libérer des virus?

Les virus capables d’infecter l’homme ou les animaux restent quant à eux relativement fragiles. Y compris ceux que les scientifiques qualifient généralement de résistants. Difficile pour eux de survivre au gel ou à une lente montée en température. “Je n’imagine pas qu’un virus humain l’agent pathogène peut survivre à la fonte de la glace dans des conditions de réchauffement, explique le virologue de l’Institut Pasteur. Sans parler du fait que pour déclencher une chaîne épidémique, au moment de la décongélation, le virus devrait infecter un être humain avant que la température ne devienne trop élevée pour garantir sa conservation. Et que cet être humain rencontre alors plusieurs autres êtres humains qu’il infecterait. Ce n’est que dans le roman d’Hervé Bazin, «Le neuvième jour», que ce genre de scénario catastrophe peut se produire. “

Virusamibes géants mimiviruscomme les scientifiques les appellent, cependant, ont été découverts en Arctique . le Pithovirus et le Mollivirus, en particulier, ont été enfouis dans le sol à 30 mètres de profondeur. Il a survécu à 30 000 ans de gel avant d’être réveillé par les chercheurs. ” Le Virus H1N1 de la «grippe espagnole» de 1918 a été en partie reconstituée grâce à des séquences de son génome stocké dans le pergélisol. Mais aucune trace, cette fois, d’un virus de la grippe congelé viable ‘, dit Jean-Claude Manuguerra. Plus précisément, c’était à la fin des années 1990, dans la dépouille d’un Inuit de 18 ans, baptisé à la suite “Lucie”, que des fragments du virus H1N1 ont été trouvés puis amplifiés par Jeffery Taubenberger pour déterminer la séquence complète du ” grippe Espagnol »de 1918.

READ  Ce que nous savons de la nouvelle campagne de vaccination contre la grippe qui vient de démarrer

Nous ne sommes pas loin du risque zéro.

«Sans avoir besoin de passer par une chambre froide, il existe de nombreuses bactéries très virulentes dans l’environnement. Et nous avons probablement suffisamment de préoccupations au sujet du coronavirus responsable pour le Pandémie de covid-19 pour ne pas trop se soucier du danger diffuser que celle du rejet potentiel de pathogènes par la fonte du pergélisol. Le risque zéro n’existe pas, mais nous n’en sommes pas loin, remarque Jean-Claude Manuguerra en guise de conclusion. Les dangers de la fonte des glaces résident davantage dans la libération potentielle de gaz à effet de serreou en montée d’eau que dans celle d’un risque depandémie».

Intéressé par ce que vous venez de lire?

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer