sport

A quoi le FC Porto doit-il s’attendre?

C’est une bête blessée que l’Olympique de Marseille s’apprête à affronter ce mardi dans le cadre de la troisième journée de Ligue des champions. Le FC Porto sort deun revers sur la pelouse de Paços de Ferreira ce vendredi (3-2, 6e journée de Liga NOS). «Nous n’avions pas de plan spécifique pour ce match, nous a dit Mohamed Lamine Diaby, au milieu des Castors. Nous avons fait un très bon match collectivement de notre côté et nous avons pu profiter des faiblesses de l’adversaire ». Le Français de 23 ans a retrouvé les Portistas “très fatigué” suite à leur victoire en Ligue des champions contre l’Olympiakos (2-0).

Après cette publicité

Lui et ses partenaires ont pu en profiter pour infliger leur deuxième défaite en six tours de Liga NOS. Avec ce revers, les Dragões ont également enregistré leur pire départ en championnat depuis l’exercice 1993/94. Après 3 succès, 1 nul et donc 2 défaites, les champions en titre sont déjà à 6 points du Sporting CP, leader provisoire. Et heureusement pour eux, Benfica a perdu lundi sur la pelouse de Boavista, ce qui a empêché les Eagles de prendre une avance de 8 points sur leur ennemi juré …

Pire départ depuis 1993

Cependant, si la situation est déjà compliquée, l’OM devrait s’attendre à souffrir car cette équipe de Porto se caractérise par une grande capacité de réaction. Un printemps que Sergio Conceição utilise à merveille, bien connu en Ligue 1 pour avoir officié, avec un bilan plutôt positif, au FC Nantes en 2016/17 (13 victoires, 5 nuls et 8 défaites). «Ils ont une grande force mentale. Ils ont un coach qui a un grand esprit et qui sait motiver son équipe. Ils ont raté contre nous, mais ils sont tout à fait capables de livrer un grand match contre Marseille », expliqua Diaby.

READ  FC Nantes - Mercato: la menace de Leeds et un autre problème se clarifient pour Augustin

“C’est une équipe vraiment comme son entraîneur avec une identité de jeu claire”, a confirmé Bilel Aouacheria, joueur de Farense qui entame sa quatrième saison dans l’élite au Portugal. Malgré ce début de saison lent et les départs importants de deux cadres cet été (Danilo, le capitaine, parti pour le Paris SG et Alex Telles, transféré à Manchester United, ont pesé à la fois dans les vestiaires mais surtout dans le jeu, notamment sur les phases), le FCP reste un bloc très compliqué à négocier. «Porto est une équipe qui aime attraper le ballon très haut dans le camp adverse. Son jeu est clairement basé sur ce pressage », Analysa Diaby.

Grand esprit et haute pression

Il en va de même pour Aouacheria. «C’est une équipe qui met beaucoup d’intensité en attaque ou en défense. Tous les joueurs réagissent fortement à la perte du ballon. Ils sont forts dans les transitions offensives et défensives. Ils sont également bons en duels », a jugé le milieu offensif de Farense avant d’ajouter. “Il y a une vraie variation entre le jeu intérieur-extérieur et la recherche de profondeur avec Moussa Marega”.

Le Malien, visé par certains de ses propres supporters ces derniers jours, reste l’un des acteurs clés du système de Conceição par sa générosité et sa capacité à répéter les courses. Il est, avant tout, la référence offensive en attendant l’adaptation d’Evanilson et Mehdi Taremi, arrivés cet été. Le vétéran Pepe, absent face à Paços et incertain de l’arrivée de l’OM, ​​est aussi, à 37 ans, un homme basique de l’équipe lusitanienne et forme, aux côtés du Congolais Chancel Mbemba, un axe central très solide. D’autres éléments devront être surveillés pour Aouacheria.

READ  Comment l'OM a échoué pour Joakim Mæhle

Failles à exploiter

«Le Brésilien Otavio et le Mexicain Jesus Corona sont les principaux responsables des déséquilibres. On peut ajouter le Colombien Luis Diaz aussi, virevoltant et incisif de son côté », nous a confié l’ancien résident du centre de formation des Verts. L’ancien joueur nantais Sergio Oliveira, l’un des rares au niveau face à Paços, prend également une place de plus en plus importante dans un milieu de terrain toujours en progression et forcément exposé. Un axe de réflexion qui n’aura pas échappé à André Villas-Boas, ancien membre de la maison.

«En raison de leur pression constante, il y a des espaces à l’arrière de la défense et entre les lignes à exploiter. Une fois la première pression passée, il y a des failles à exploiter », A souligné Aouacheria. Une piste à étudier de près pour les Phocéens, qui devront s’attendre à un groupe en quête de rebond et qui répond souvent lorsque l’hymne de la Ligue des champions retentit. Sa performance à l’Etihad Stadium, malgré la défaite contre Manchester City (3-1), et son succès contre l’Olympiakos (2-0) sont là pour le prouver.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer